Les vertus du langage

Il y a le politiquement correct tout comme il y a le médicalement correct. En effet, on ne parle plus de délinquants mais de “jeunes”, on ne dit plus concierge pas gardien(ne), caissière mais hôtesse de caisse, femme de ménage mais technicien(ne) de surface, ballon mais référent bondissant, etc. Le langage sert ainsi à masquer, lisser, atténuer ou anoblir une réalité dérangeante. En matière de santé, c’est le processus inverse, une gripette devient une pandémie comparable à celle de la peste noire qui tua 30 à 50 % de la population européenne en 5 ans au XIV° siècle et les produits laitiers les sauveurs de notre squelette hors desquels point de salut sanitaire.

Partagez cet article...