Ces médicaments qui tuent

La revue médicale indépendante “Prescrire” met une nouvelle fois les pieds dans le plat en révélant que parmi les nouveaux médicaments mis sur le marché, un sur cinq ne devrait pas être autorisé car trop dangereux et environ 20% d’entre eux n’auraient pas dû obtenir d’autorisation de mise sur le marché (AMM), à cause d’une balance bénéfices-risques défavorable. Le responsable de l’évaluation des nouveautés de cette revue, Gilles Mignot, constate une aggravation du phénomène au cours de la dernière décennie, précisant que, jusqu’en 2000, la proportion ne dépassait pas 1 à 2%. Inquiétant non ? Quand on sait que la prescription médicamenteuse va bon train et en toute impunité ou presque. Grâce à l’indépendance de la revue “Prescrire” ou le courage d’Irène Frachon, le médecin de Brest ayant dénoncé les méfaits du Mediator, un petit grain de sable vient parfois gripper la machine.

Partagez cet article...