Téléphone portable et santé publique

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l’OMS l’usage des téléphones portables présente un risque potentiel. Les preuves accumulées sont aujourd’hui suffisantes pour une classification au niveau 2B (un des cinq niveaux de la classification qui définit des produits « peut-être cancérogènes » pour l’homme). Le président de ce groupe de travail, Jonathan Samet, explique : « Le groupe de travail a fondé cette classification (…) sur des études épidémiologiques montrant un risque accru de gliome, un type de cancer du cerveau associé avec l’usage du téléphone sans fil ».
On nous avait pourtant seriné, études à l’appui, que les portables ne présentaient aucun risque ! mais il est vrai que ces études étaient et sont toujours financées par les opérateurs de téléphonie mobile, comment croire à leur impartialité ?
Le vrai sujet, récurrent par ailleurs, est la santé publique face aux enjeux financiers.

Partagez cet article...