50% des médicaments inutiles pour 14 millards d’économies

Hier, j’entends le pneumologue Philippe Even, directeur de l’Institut Necker, déclarer que 40% des médicaments «ont une efficacité faible ou nulle» et que 25% présentent «un risque potentiel» dont 5% «un risque majeur», selon une étude réalisée sur 2 200 spécialités.
Ce qui me surprend alors, ce n’est pas que plus de 40% des médicaments soient inutiles mais bien que cette “révélation” soit publique et à une heure de grande écoute sur une grande radio généraliste. Info reprise par tous les médias, ce qui n’avait pas été le cas pour un précédent rapport.
Et là, plusieurs remarques me viennent à l’esprit :
– Comment les autorités ont-elles pu accorder une AMM à ces médicaments ?
– Alors que le déficit de la sécu est abyssal, comment peut-on passer à côté d’une dizaine de milliards d’euros d’économies et ce, depuis des décennies ?
– Pourquoi la formation des médecins est-elle laissée aux seuls labos ?
– Pourquoi notre santé n’est-elle qu’un enjeu financier ?
C’est à la fois du cynisme et de l’incompétence, même si les choses tendent à évoluer l’industrie pharmaceutique a encore de beaux jours devant elle, la riposte est sans doute déjà prête avec comme arme massue le spectre des licenciements si on touche à leur gagne-pain.

Partagez cet article...