ARTHROSE : LES FACTEURS DE RISQUE

Par le Docteur Jean François Marc, Rhumatologue et médecin du sport, membre titulaire de la Société Française de Rhumatologie (2éme partie)

Les facteurs intrinsèques

Pour l’ensemble des lésions arthrosiques, le premier facteur de risque est l’âge. Cependant, l’apparition des premiers signes d’arthrose peut être précoce. Une étude américaine, portant sur toute une population de sujets âgés de 25 à 74 ans, montre qu’un tiers d’entre eux présente au moins un signe radiologique d’arthrose.

Le facteur sexe est aussi important, car quelle que soit la localisation, la population féminine est beaucoup plus atteinte que la population masculine, que ce soit en nombre de localisations ou en degré d’évolution et d’évolutivité des lésions.

Viennent ensuite les facteurs ethniques, les Asiatiques et les Africains de race noire présentant une prévalence très faible par rapport aux Occidentaux.

L’existence d’un facteur héréditaire a été récemment mis en évidence pour certaines localisations comme l’arthrose digitale ainsi que pour l’arthrose généralisée.

Les facteurs extrinsèques

Les traumatismes, quelle que soit l’origine, sont de grands pourvoyeurs d’arthrose.

L’altération du cartilage peut être contemporaine ou apparaître à distance, mais dans tous les cas l’instabilité articulaire est à elle seule une cause majeure de dégradation du cartilage. Parmi les facteurs mécaniques, le rôle des micro-traumatismes n’est plus à démontrer. Si la pratique sportive n’est pas en soit à l’origine de lésions arthrosiques, il en est autrement des pratiques intensives de certains sports qui, par l’utilisation excessive des capacités articulaires, génèrent de véritables «surmenages articulaires» qui font le lit de l’arthrose, notamment au niveau du genou. Les sports les plus souvent impliqués sont les sports violents comme le rugby, le football, le ski de piste ainsi que tous les sports de combat.

Il est aussi important de noter que certaines professions sont particulièrement exposées, notamment celles en rapport avec des vibrations importantes (marteau-piqueur) ou des gestes répétitifs violents (tailleurs de pierre, métallurgistes…).

Enfin, les gestes chirurgicaux, notamment les ligamentoplasties et les méniscectomies, sont souvent à l’origine de l’apparition d’une gonarthrose.

Le dernier facteur particulièrement spécifique de la gonarthrose concerne la surcharge pondérale et a fortiori l’obésité. Spécifiquement corrélée à l’atteinte articulaire chez la femme, l’obésité peut multiplier par 9 le risque d’apparition d’une gonarthrose. Si le lien entre surpoids et atteinte mécanique de l’articulation semble évident, il n’en demeure pas moins que cette relation fait appel à des mécanismes complexes faisant intervenir le processus de régulation hormonale, l’obésité augmentant le risque arthrosique sur toutes les articulations en charge mais aussi sur les autres articulations notamment celles des doigts.

Partagez cet article...

06 comments on “ARTHROSE : LES FACTEURS DE RISQUE

  • males , Direct link to comment

    bonjour

    j’ai une arthrose fémoro patellaire du a une rotule “plate”
    est que les aimants peuvent apporter une amélioration ? et quel modèle est il le plus adapté ?

    Cordialement

    • mv , Direct link to comment

      Bonjour,
      Oui, les aimants vous soulageront, je vous conseille le Quattro facile à placer sur 1 hanche et suffisamment puissant pour être efficace.
      Sur site http://www.aurismagnetic.fr vous aurez la fiche produit en tapant le mot quattro .
      Restant à votre disposition.
      Cordialement

  • delbos Florence , Direct link to comment

    bonjour , je souffre d’arthrose de la hanche depuis 3 ans . je ne veux pas me faire opérer..j’ai modifié mon alimentation , perdu du poids et je prends des compléments alimentaires . j’aimerais utiliser les aimants que je connais et dont j’apprécie les bienfaits mais je ne sais pas du tout où les placer !!! merci de m’aider

    • mv , Direct link to comment

      Bonjour Florence,
      Si vous utilisez des aimants Médimag, il faut déterminer, autant que faire ce peut, l’épicentre de la douleur et l’encadrer d’une ou plusieurs paires de Medimag pour créer un pont magnétique.
      La gamme magnéo-active est peut-être plus simple d’utilisation, notamment pour le dos ou l’épaule, pas facile de placer seul(e) des Medimag à ces endroits.
      sans oublier le sommeil qui influence directement le ressenti de la douleur.
      Restant à votre disposition
      Bien cordialement

  • RAMPON E. , Direct link to comment

    On vient de me détecter de l’arthrose à la hance G. avec géodes. Je dois voir un chirurgien ; quelle amélioration AURIS peut m’apporter ?
    Salutations.

    • mv , Direct link to comment

      Bonjour,
      Les aimants Auris sont de bons antalgiques sans effet nocebo, pour la hanche, le Quattro est tout indiqué.
      Bien cordialement

Comments are closed.

Utilisation des données : Ce Blog utilise différentes technologies, telles que les cookies destinés à analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.
Vous pouvez changer d’avis et modifier vos choix à tout moment.
J’accepte - Je refuse
578