La thérapie magnétique, le blog de Monique Vial

Archives du mois de septembre, 2014

LE TRAIN DU FUTUR NE ROULE PAS, IL VOLE

1 commentaire

Posté le 27 septembre 2014 à 10:15

Train du futurL’avenir du transport ferroviaire semble s’orienter vers la lévitation magnétique. Un train qui ne roule plus mais flotte dans l’air, à 10 cm au-dessus de sa voie, qui n’est d’ailleurs plus ferrée mais magnétique et en forme de U.

Le principal avantage de la technique est de minimiser les frottements pour atteindre des vitesses élevées avec un haut rendement énergétique et très peu de pièces mobiles à entretenir. Le principal inconvénient est le coût du kilomètre de voie.

Si la technique apparait d’avenir, elle date pourtant de 1922 avec les travaux de l’Allemand Hermann Kemper, interrompus par la seconde guerre mondiale. En 1962, le Japon reprend les recherches et conçoit un prototype qui bat régulièrement des records de vitesse. C’est en 1979 en Allemagne que le premier train à sustentation magnétique transporte des passagers à l’occasion d’une exposition internationale. En 1984 toujours en Allemagne le Transrapid de Siemens est mis en service sur une ligne d’essai mais c’est aussi le premier drame pour un train à lévitation magnétique. Le 22 septembre 2006 vers 7h30, une rame rentre en collision à 200 Km/h avec un engin de maintenance de la voie, le bilan fut de 25 morts et 8 blessés; détail, malgré le choc le train n’a pas déraillé…

En 2004, en association avec Siemens la Chine construit une vraie ligne commerciale du Transrapid reliant une ligne de métro de Shanghai au nouvel aéroport international de Pu Dong sur un peu plus de 30 Km, avec une vitesse de pointe de 431Km/h. Curieusement, (subtilité chinoise ?), arrivés à l’aéroport, il était impossible de quitter la rame qui vous ramenait à grande vitesse au point de départ d’où il ne vous restez plus qu’à prendre un taxi pour retourner à l’aéroport, histoire vécue personnellement. J’ai pris ce train il y a quelques années, on a l’impression que la rame ne pèse rien, et que tel un fétu de paille, elle est propulsée par une puissante force externe. Un ressenti physique à l’issue du voyage : un léger mal de tête, mais était-il bien du au champ magnétique sustentateur ?

Aujourd’hui le Japon, naguère pionnier, tient sa revanche et après avoir construit en 2003 une ligne expérimentale de son Japan Railways Maglev de nouvelle génération il détient depuis 2011 le nouveau record de vitesse pour un train à 581 Km/heure. La rame du nouveau JR-Maglev est équipée de bobines supraconductrices baignant dans l’hélium liquide à -270°C. Les bobines sont refermées sur elles-même et parcourues par un courant de 700 000 ampères qui produit un champ magnétique de 5 teslas, équivalent à celui des IRM.

Aujourd’hui, le premier ministre japonnais, Shinzo Abe, vient d’annoncer la construction en 2027 de la première ligne vraiment commerciale à sustentation magnétique, qui reliera dans un premier temps Tokyo à Nagoya, puis Nagoya à Osaka en 2045, un chantier estimé à 112 milliards de dollars… Il serait temps de faire pousser des ailes à notre TGV.

Posté dans Général

FIBROMYALGIE ET MAGNÉTOTHÉRAPIE

21 commentaires

Posté le 23 septembre 2014 à 16:42

fibromyalgie magnétothérapieL’article sur la fibromyalgie a suscité un grand intérêt, de nombreux commentaires et beaucoup d’interrogations sur les thérapies magnétiques, j’ai essayé de répondre à chacun d’entre vous mais il m’a semblé utile de faire un résumé des questions les plus fréquentes et des réponses apportées.
Il n’est effectivement pas facile de diagnostiquer la fibromyalgie surtout quand la médecine ne veut y voir qu’un effet psychosomatique. Aux  douleurs s’ajoutent alors l’incompréhension, le manque de reconnaissance d’un mal pourtant bien réel et trop souvent l’errance médicale.
A la question, vers qui dois-je me tourner pour établir le bon diagnostic, je vous répondrai les centres anti-douleurs et les rhumatologues car spécialistes de la douleur, ils sont plus perspicaces, plus ouverts et mieux formés, on leur doit d’ailleurs d’avoir mis un nom sur ce syndrome.
Quels traitements ? Chacun d’entre vous exprime une souffrance différente mais une même demande, trouver une aide pour mieux vivre le quotidien et la magnétothérapie peut y vous aider, comme vos témoignages le confirment.
Quelles techniques de magnétothérapie ?
Principalement deux pour pour les traitements de fond :
– Le coffret 12200 Gauss pour rétablir la circulation énergétique et combattre la fatigue. Son utilisation est simple, il est composé de 2 puissants aimants qui se placent une vingtaine de minutes sous les extrémités (mains et pieds) la main ou le pied droit sur la face nord du magnet et la main ou le pied gauche sur la face sud; à pratiquer aussi souvent que vous le pouvez.
– Le set Actipol qui, en agissant sur la qualité du sommeil aide à mieux vivre, et nous le savons bien, la qualité de nos nuits influence directement notre quotidien.
Pour le set Actipol, une étude est actuellement en cours, je ne manquerai pas de vous tenir informés.
Pour un soulagement local, la gamme magnéto-active, ceintures, genouillères, épaulière, coudière, chevillère, etc ou la gamme Medimag, ce sont des aimants thérapeutiques qui se fixent directement sur la peau à l’aide d’adhésif là où vous avez mal.
Et si je suis sure que la magnétothérapie est une aide réelle je me refuse à vous promettre miracles et guérison, une amélioration n’est-elle pas déjà un formidable espoir.
Pour en savoir plus, les fiches produits et d’autres témoignages sont disponibles sur le site : www.aurismagnetic.com.
Pour plus d’infos sur ce syndrome, un site que vous connaissez certainement : www.fibromyalgie-france.org

NETTOYER LE SANG AVEC DES AIMANTS

3 commentaires

Posté le 16 septembre 2014 à 22:39

Nettoyer le sang avec des aimantsLes aimants trouvent chaque jour de nouvelles applications médicales. Il y a quelques heures, des chercheurs américains ont annoncé la mise au point d’un appareil externe capable de nettoyer le sang d’agents pathogènes. Un nouvel espoir de traitement contre la septicémie, les maladies infectieuses et même Ebola. Les infections du sang touchent 18 millions de personnes dans le monde et le pourcentage de décès oscille de 30 à 50%. Les microbes qui en sont souvent la cause sont ou sont devenus résistants aux antibiotiques.

Donald Ingber, l’un des auteurs de l’étude publiée dans la revue Nature Medecine, déclare : « si l’appareil s’avère aussi efficace et sûr chez l’homme il permettra de nettoyer physiquement le sang en enlevant une grande variété d’agents pathogènes ou de toxines ».

L’appareil imite le fonctionnement de la rate et n’a pour l’instant été testé que chez les rats.
Le principe repose sur l’utilisation de minuscules billes magnétiques de moins d’un micron de diamètre (un millième de millimètre). Les billes sont recouvertes d’une protéine sanguine humaine conçue génétiquement, on l’appelle MBL. De la même façon que le charbon actif du filtre de votre carafe à eau retient des pesticides, la protéine MBL se lie aux agents pathogènes et aux toxines. Ils peuvent ensuite êtres isolés et retirés du sang grâce aux propriétés magnétiques des microbilles. Le sang nettoyé est alors réintroduit sans que sa composition ou sa coagulation n’en soient modifiées.

On pense que la protéine MBL pourrait être capable de se lier au virus à l’origine de la fièvre hémorragique Ebola, mais aussi au VIH, le virus du sida et à d’autres maladies virales.

Lors de leur expérience, les chercheurs ont infecté des rats avec deux bactéries, le staphylocoque doré et l’Escheria coli, toutes deux très dangereuses pour l’homme. Ils ont réussi à retirer 90% des bactéries de leur sang grâce aux microbilles magnétiques.

Beaucoup d’espoir donc dans cette nouvelle thérapie, mais aussi beaucoup de temps, certainement plusieurs années, avant qu’elle puisse être utilisable sur l’homme.

Posté dans Bien-être, Général

TÉLÉPATHIE PAR STIMULATION MAGNÉTIQUE

Posté le 13 septembre 2014 à 23:55

Télépathie par simulation magnétiqueLa télépathie est le mode de communication basé sur les seules émission et réception de pensées, sans utiliser les voies sensorielles. Au printemps dernier, les chercheurs américains de la Harvard Medical School, espagnols de l’université de Barcelone et français de la société Axilum Robotics ont réalisé une expérience qui répond parfaitement à la définition de télépathie. Ils ont réussi sans utiliser les cinq sens, à transmettre un message d’un cerveau situé en Inde à un autre cerveau basé en France à Strasbourg. L’expérience s’est déroulée en deux temps.

D’abord il fallut lire la pensée du cerveau émetteur et pour cela les chercheurs lui ont placé sur le crâne un casque d’électrodes qui mesurait l’activité électrique des neurones lorsque l’émetteur se concentrait sur une action à réaliser comme bouger les pieds, les mains. L’idée a été d’associer à ces mouvements un code binaire (0 ou 1). Lorsque le sujet émetteur devait penser « bouger la main » il générait un 1 et pour « bouger le pied » un 0. Les mots à transmettre qui étaient « ciao » et « hola » ont été codés par ordinateur. Ainsi pour « ciao » le code binaire était : 01100011011010010110000101101111 et pour « hola » : 01101000011011110110110001100001. Les mots une fois codés ont été envoyés par mail à Strasbourg vers le cerveau receveur.

Il fallait ensuite transmettre au cerveau receveur le codage reçu par internet. Pour cette opération, les chercheurs ont eu l’idée d’utiliser la stimulation magnétique transcrânienne. Le principe, déjà bien connu pour d’autres applications comme le traitement des dépressions sévères, est d’exciter le cortex visuel par des trains d’impulsions magnétiques avec un électroaimant. La zone occipitale stimulée se trouve à l’arrière du crâne car c’est là que les informations visuelles sont traitées par le cerveau, la moitié droite du champ  visuel étant analysée par l’hémisphère gauche et inversement. Cette stimulation magnétique produit des points lumineux ou phosphènes,  apparaissant même les yeux fermés, le sujet receveur portant un masque totalement occultant. Puis, en fonction des 0 ou des 1 transmis, les phosphène étaient déclenchés ou pas . Le receveur pouvait donc retransmettre le codage avec la suite de 0 et de 1 dans le bon ordre. Le message transmis depuis l’Inde a donc pu être décodé et lu à Strasbourg avec deux cerveaux en guise d’interfaces et internet entre eux.

Le but de l’expérience était de montrer la faisabilité de cette transmission et c’est un succès. Aujourd’hui le matériel est encombrant et la transmission très lente, mais peut-être qu’un jour la technique permettra à notre cerveau d’être capable de recevoir directement des messages grâce, par exemple, à un accessoire de smartphone fixé sur le crâne. Big brother sera alors capable de vraiment tout contrôler, jusqu’à nos pensées.

LES AIMANTS CONTRE LES MARÉES NOIRES

Posté le 11 septembre 2014 à 15:27

Les applications des aimants n’ont pas fini de nous étonner. Savez-vous que des chercheurs viennent de mettre au point une technique super-écolo pour ramasser le pétrole lors des marées noires ? Au lieu d’utiliser des dispersants chimiques polluants qui ne font que transformer la nappe en gouttelettes éparses dans la mer, ils ont eut l’idée de saupoudrer le pétrole avec de la limaille de fer très fine ou de la poussière de magnétite. Les microparticules s’alliant facilement au pétrole, il ne reste plus pour tout rassembler qu’à promener dans la nappe un aimant puissant qui fige le pétrole en un liquide visqueux comme un fluide magnéto-rhéologique qu’il suffit ensuite d’entraîner là où on veut le récupérer. On sépare ensuite le pétrole du fer pour récupérer le premier et utiliser le second pour une nouvelle intervention. Une version ménagère du même principe est aussi envisagée en alliant des sels riches en fer à des tensio-actifs pour accrocher la saleté et la ramasser facilement avec une sorte de balai magnétique.

Posté dans Général

UN AIMANT POUR DÉTECTER LE PALUDISME

1 commentaire

Posté le 10 septembre 2014 à 08:05

Le paludisme (la malaria pour les anglophones), touche 200 millions de personnes chaque année et en tue 600 000. Le parasite du paludisme est principalement transmis la nuit, lors de la piqûre par une femelle moustique du genre anophèle, elle-même contaminée après avoir piqué un individu impaludé.

Actuellement le diagnostic s’effectue par une analyse au microscope d’un peu de sang sur une lame de verre à l’aide d’un colorant chimique permettant d’évaluer la concentration de parasites plasmodium dans le sang par comptage. La méthode est approximative et l’erreur humaine fréquente. D’autre part la technologie et l’expertise ne sont pas toujours disponibles dans des régions les plus touchées par la maladie.

Des chercheurs de Singapour et du MIT (Massachusettes Institute of Technology) viennent d’annoncer la mise au point d’un nouveau test, fiable, rapide et très économique.

Et c’est là que l’aimant intervient.

La technique utilisée s’appelle la RMN, la relaxométrie par résonance magnétique, proche de IRM. Elle repose sur la détection d’un biomarqueur, des cristaux d’hémozoïne, déchets laissés par le parasite dans le sang après la piqûre.
Lorsque les cristaux d’hémozoïne, légèrement ferreux, sont exposés au champ magnétique, ils interfèrent avec les orientations normales des atomes d’hydrogène. La résonance magnétique de l’hydrogène est perturbée et plus la perturbation est importante, plus la concentration d’hémozoïne est forte et le paludisme présent. Le dispositif utilise un aimant de 0,5 Tesla (5000 Gauss), moins puissant et plus économique que les superpuissants aimants de 2 ou 3 Tesla (30 000 Gauss) utilisés par les IRM.
Facile à utiliser sur le terrain, le prix estimé de l’appareil est d’environ 1.500 € et chaque test, qui s’effectue en moins d’une minute, est très économique, moins de 0,10 €.

L’importance d’un test rapide et fiable est une avancée majeure car les symptômes apparaissent en 10 à 15 jours après la piqûre : fièvre, maux de tête, frissons et vomissements. Et s’il n’est pas traité dans les 24 heures, le paludisme peut évoluer vers une affection souvent mortelle.

PS : Un cocorico : la cause du paludisme, le parasite protozoaire, a été découverte en 1880 par un médecin de l’armée française, Alphonse Laveran, ce qui lui valut le prix Nobel de médecine en 1907.

Tags : ,
Posté dans Général

CHAMP MAGNÉTIQUE CONTRE ALZHEIMER

9 commentaires

Posté le 8 septembre 2014 à 08:00

Champ magnétique contre alzheimerLa stimulation magnétique transcrânienne est utilisée depuis plusieurs années dans le traitement d’affections neurologiques (acouphènes, fibromyalgie), ou psychiatriques (dépression). Il s’agit d’envoyer dans la zone concernée du cerveau des trains d’impulsions magnétiques qui vont produire des courants induits sur les neurones pour en modifier l’activité et leur manière de communiquer. La méthode est indolore, on pose simplement un électro-aimant sur le crâne du patient pendant une vingtaine de minutes chaque jour et cela pendant 5 à 7 séances.
Des chercheurs américains de la Northwestern University et de l’Institut de réadaptation de Chicago ont eu l’idée d’utiliser cette technique pour booster la mémoire. Les résultats qui viennent d’être publiés dans la revue Science sont pour le Professeur Philippe Amouyel, directeur de la Fondation Plan Alzheimer, tout simplement bluffants :
« on s’aperçoit que les gens qui ont bénéficié de ces stimulations cérébrales ont une meilleure mémorisation de noms et d’images auxquels ils ont été soumis et l’amélioration persiste plus de 24 heures, donc l’effet semble tout à fait intéressant et très prometteur ».
Mais la technique doit être appliquée au début de la maladie et on ne peut rendre la mémoire à un patient déjà gravement atteint.

Fibromyalgie : on en est où ?

44 commentaires

Posté le 4 septembre 2014 à 08:00

fibromyalgiePathologie handicapante, invalidante et excessivement douloureuse, la fibromyalgie toucherait en France plus de 3 millions de personnes, le point avec deux spécialistes les docteurs Jean-François Marc et Jean-Luc Renevier :

En France, le traitement pharmacologique repose essentiellement  sur la prescription d’antalgiques (Paracetamol, Tramadol), d’antiépileptiques (prégabaline) ou d’antidépresseurs connus pour leurs effets antalgiques (amitryptiline, plus récemment fluoxétine et surtout doluxétine, milnacipran) mais dont aucun n’est indiqué spécifiquement pour la fibromyalgie car elle est encore identifiée comme un syndrome et non comme une pathologie unique. L’Agence Européenne du Médicament (EMEA) vient ainsi de refuser d’autoriser trois médicaments pour l’indication de fibromyalgie, alors que la Food and Drug Administration (FDA), l’autorité équivalente aux États-Unis, l’a fait récemment… L’EMEA se base pour sa décision sur la conjonction d’une efficacité très partielle et d’une tolérance médiocre mal connue à long terme de ces médicaments neuro-actifs. Les antalgiques majeurs (morphine) restent contre indiqués car peu efficaces, mal tolérés et à risque de dépendance ou d’accoutumance. Il faut rappeler que les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou cortisoniques n’ont pas leur place en raison de leur inefficacité et forte iatrogénicité potentielle.

Les traitements non pharmacologiques comprennent les thérapies cognitivo-comportementales, la relaxation, l’hypnose, les cures thermales, la balnéothérapie  et certaines médecines alternatives l’homéopathie, la phytothérapie, l’acupuncture, la magnétothérapie …

Ces traitements pharmacologiques et non pharmacologiques s’intègrent dans une prise en charge globale psychologique, socioprofessionnelle et familiale. L’écoute, l’empathie, la reconnaissance médicale de la pathologie, l’éducation thérapeutique  et le soutien des associations de patients sont importants à considérer.

Dans l’ensemble, la prise en charge thérapeutique reste relativement insatisfaisante malgré certains espoirs récents  comme l’hormone de croissance, la stimulation répétitive électrique ou  magnétique transcrânienne (r-TMS) dont les effets bénéfiques demandent à être confirmés. Il a été récemment démontré que cette technique de stimulation du cortex cérébral permettait d’atténuer certaines douleurs  non seulement à court terme mais aussi à moyen et peut-être long terme. Les inquiétudes sur les facultés cognitives ont été écartées par un travail tout récent d’équipes françaises. Dans un même ordre d’idée positive, une étude intéressante est actuellement en cours en France avec « Actipol » dispositif médical permettant par le biais d’un champ magnétique corps entier (CMCE) de restaurer rapidement et sans danger un sommeil réparateur par rétablissement de l’homéostasie magnétique du patient.

La prise en charge de ce syndrome est loin d’être standardisée et la comparaison avec la situation qui prévalait il y a 15 ans peut nous permettre d’être raisonnablement optimistes pour l’avenir à moyen terme.