Champs électro-magnétiques : anges ou démons ?

Une équipe de Sorbonne Université démontre dans le Plos Biology du 2 octobre dernier que les champs électro-magnétiques ont des effets biologiques nocifs induisant la production de toxines. En effet, cette exposition stimule l’accumulation d’espèces réactives de l’oxygène (ERO). En grande quantité, ces molécules sont toxiques et participent au stress oxydatif et au vieillissement cellulaire.
Est-ce un début de preuve de la nocivité des champs électro-magnétiques ?
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les ondes ne sont pourtant pas toutes toxiques. Par exemple, les champs électromagnétiques pulsés sont aujourd’hui couramment utilisés dans le traitement des douleurs chroniques et les hôpitaux sont en train de découvrir l’intérêt de la stimulation trans-crânienne magnétique dans les cas de dépressions sévères.
Mais pourquoi un champ électromagnétique peut-il être nocif dans certains cas et thérapeutique dans d’autres ?
Et bien, tout dépend, à fréquence égale, de la forme de l’onde électromagnétique.
Dans un champ magnétique oscillant alternativement nord/sud autour du zéro, comme celui produit par le courant électrique domestique, à forte puissance les cryptochromes sont démagnétisées, leur fonction est altérée, elles deviennent nocives, la cellule produit alors du stress oxydatif.
Dans le cas d’un champ électromagnétique pulsé, qui lui oscille uniquement au dessus ou au dessous du zéro, il n’y a pas dépolarisation. Les cryptochromes sont magnétisées, l’action devient thérapeutique.
Les champs magnétiques permanents (CMP) des aimants thérapeutiques génèrent un champ magnétique continu, donc sans risque pour les cryptochromes.
Si tous les champs électro-magnétiques ne sont pas dangereux, ils sont pas non plus tous thérapeutiques et ils sont nombreux à être nocifs dans notre environnement.
Leur nocivité n’est pas une fatalité, on peut s’en protéger en se baignant dans un champ magnétique continu. C’est le principe de la puce téléphone Auris I-Protect ou du set du sommeil Actipol.

Partagez cet article...