Maux de tête, migraine et céphalées

Nous sommes nombreux et encore plus nombreuses à souffrir plus ou moins régulièrement de maux de tête. Et oui, la gent féminine est plus concernée que les hommes.
Mal de tête ou céphalée ? Et bien, c’est la même chose, céphalées est simplement le nom scientifique des maux de tête.
Le mal de tête, tout le monde connaît !
Le plus souvent sans conséquence, ils passent rapidement et n’affectent pas ou peu notre quotidien. Lorsqu’ils deviennent chroniques, on parle alors de céphalées de tension qui, elles, peuvent durer de quelques heures à plusieurs jours et vraiment gêner le quotidien.
Les causes des maux de tête sont multiples et pas toujours identifiées mais parmi les plus fréquentes, on notera le stress, la fatigue, les tensions musculaires, un mauvais sommeil, un repas trop lourd ou trop arrosé, l’abus de médicaments…
Une vie saine et une séance quotidienne de rééquilibre énergétique vous en débarrasseront.
La céphalée, très fréquente frappe 7 millions de Français. On estime que 15 à 18% des femmes en sont atteintes pour 6% des hommes et 5% des enfants.
Beaucoup moins courante, la migraine est une céphalée primitive qui survient par crises dont la fréquence est très variable d’une personne à l’autre et dure de 4 à 72 heures. Elle se caractérise par un mal de tête qui s’installe progressivement et une douleur « pulsatile », comme si le cœur battait dans le crâne.
Les efforts physiques intensifient la douleur et ce n’est généralement qu’un seul côté de la tête qui fait mal. Les crises peuvent parfois s’accompagner de nausées, voire de vomissements, d’une gêne à la lumière et au bruit.
Les nombreux facteurs déclenchants sont connus, souvent identiques et spécifiques pour un sujet donné: stress, aliments, comme le café et les produits laitiers et a fortiori le café au lait, alcool, insomnie, bruit, jeûne, proximité des règles, choc sur la tête, etc..
Migraines et hormones :
Les rapports avec les œstrogènes sont évidents. La pilule contraceptive n’est pas interdite a priori chez les femmes migraineuses mais il faut envisager un changement de contraception si la prise du contraceptif provoque une recrudescence des crises.
Il faut savoir que le tabac, la prise de la pilule et la migraine sont trois facteurs de risque vasculaire et leur cumul augmentent le risque de complications. Ainsi, l‘addition de ces 3 facteurs multiplie par 9 le risque d’Accident Vasculaire Cérébral chez les femmes et donc la pilule est formellement contre-indiquée chez les fumeuses migraineuses.
Chez la femme, la migraine peut être strictement menstruelle, contemporaine de la chute du taux des oestrogènes la veille ou le premier jour des règles : on parle alors de migraine cataméniale.
Les migraines se traitent classiquement avec des antalgiques et des vasoconstricteurs. Pour tous ceux qui cherchent une solution efficace et non invasive, Auris a mis au point le bandeau tête magnétique Wondermag est à la fois vasoconstricteur et antalgique. À utiliser dès les prémices de la migraine pour ne pas la laisser s’installer.

Partagez cet article...