Pourquoi a-t-on mal ?

Avoir mal n’a pas le même sens pour tout le monde, la douleur repose avant tout sur le ressenti du patient ce qui la rend difficile à quantifier et à qualifier.
De plus, elle n’est pas systématiquement liée à une lésion, ce qui complexifie encore son étude. Il est néanmoins possible de décrire le parcours de l’information douloureuse dans l’organisme, avec l’exemple de la douleur aiguë provoquée par une main posée par inadvertance sur une plaque brûlante : la brûlure va stimuler des terminaisons nerveuses, localisées au niveau de la peau dans ce cas, mais que l’on retrouve dans d’autres tissus (muscles, articulations, viscères…). De là, l’information va se propager le long des nerfs nocicepteurs pour être transmise à la moelle épinière, puis au cerveau.
Ce n’est qu’une fois arrivé au cerveau que le signal est identifié comme une douleur, et que nous avons mal. Cependant, avant même ce décryptage du signal douloureux, la main a été dégagée de la source de chaleur grâce à un arc réflexe situé au sein de la moelle épinière. C’est également à ce niveau qu’interviennent les premiers systèmes de modulation de la douleur. Impliquant le neurotransmetteur GABA ou les endomorphines, ils diminuent la douleur ressentie. Malheureusement, dans certaines conditions, d’autres systèmes endogènes peuvent au contraire exacerber l’information douloureuse.
La douleur aiguë joue donc un rôle d’alarme qui va permettre à l’organisme de réagir et de se protéger face à un stimulus mécanique, chimique ou thermique. Mais quand la douleur est chronique, ce mécanisme d’alarme n’est plus justifié : la douleur devient dans ce cas une maladie à part entière.
C’est là que la thérapie magnétique intervient. Alors que les fibres A transmettent au cerveau l’information douleur “urgente”, les fibres C transmettent la douleur chronique. Le champ magnétique créé localement par les aimants va agir comme un inhibiteur de la transmission de la douleur chronique. Les aimants thérapeutiques doivent être placés de part et d’autre de la zone à soulager en inversant les polarités, c’est la méthode Auris ou “à contraria”. Les aimants Medimag les plus performants du marché grâce à leur puissance équilibrée de 12200 Gauss et surtout à leur revêtement titane (brevet Auris) qui assure une parfaite biocompatibilité en limitant les risques d’allergie causés inévitablement par les aimants avec revêtement nickel simplement doré.

Partagez cet article...