La thérapie magnétique, le blog de Monique Vial

Archives pour le thème ‘Médicament’

BIG FIASCO

Posté le 24 septembre 2013 à 18:56

Big FiascoInconditionnelle des médecines complémentaires, terme que je préfère très nettement à celui de « douces » ou « alternatives », je sais cependant que les médicaments sauvent des vies, il ne s’agit donc pas d’un billet d’humeur contre le médicament, la médecine ou les médecins qui pour la plupart font honnêtement et avec passion leur job mais d’un « coup de gueule » contre l’industrie pharmaceutique qui a transformé le patient en client « accro ».

Ainsi toute l’année et tout particulièrement à l’approche de l’hiver, les médias, radio, presse, TV, font-ils la promotion permanente du médicament.  Banalisé, il devient alors un produit de grande consommation qui vient au secours du moindre petit bobo : rhume, maux de tête, de dos, de gorge, d’estomac, constipation, etc  tout est prétexte à nous faire avaler encore et toujours plus de médicaments présentés comme produits de confort sans effets secondaires ! Des publicités mêlées à d’autres pour rendre les cachetons aussi sympathiques que le double effet Kisscool.  Encore plus fort, cette même industrie pharmaceutique n’hésite-t-elle pas à inventer de nouvelles maladies comme la ménopause ou l’ostéoporose qui ne sont que la conséquence du vieillissement normal du corps et non une pathologie, mais qu’il faut à tout prix soigner et le plus précocement possible, ce que viennent nous expliquer très sérieusement quelques sommités médicales, toujours les mêmes aux heures de grande écoute.

Qu’on se souvienne de la grippe H1N1 qui n’a pas été la terrible pandémie annoncée mais, selon un rapport parlementaire, aura coûté plus de 600 millions d’euros aux contribuables que nous sommes et rapporté très gros aux labos ! Et je ne parle même pas des scandales à répétitions, dont le tristement célèbre Médiator, partie visible de l’iceberg marketing médical, qui illustre bien des pratiques si peu éthiques mais fort répandues.

Nous, les défenseurs d’une médecine complémentaire, avons compris depuis longtemps qu’il n’y avait aucune volonté politique de faire évoluer la conception de la santé pour faire cohabiter différentes thérapies, la réalité étant bien loin des discours. L’industrie pharmaceutique domine toujours outrageusement le marché de la santé publique et continue sournoisement à nous convaincre d’avaler toujours plus de médicaments non pour guérir mais pour mettre en état de dépendance au minimum psychologique  des clients de plus en plus jeunes.

Sur ce thème, 2 livres viennent de paraitre « Big pharma » coordonné par Mikkel Borch-Jacobsen aux éditions Les Arènes, et «  Santé, le grand fiasco » de Véronique Vasseur et Clémence Thevenot chez Flammarion documents. Instructifs et sidérants !

Tags :
Posté dans Coups de gueule

Ces médicaments qui tuent

Posté le 26 mai 2011 à 10:47

La revue médicale indépendante « Prescrire » met une nouvelle fois les pieds dans le plat en révélant que parmi les nouveaux médicaments mis sur le marché, un sur cinq ne devrait pas être autorisé car trop dangereux et environ 20% d’entre eux n’auraient pas dû obtenir d’autorisation de mise sur le marché (AMM), à cause d’une balance bénéfices-risques défavorable. Le responsable de l’évaluation des nouveautés de cette revue, Gilles Mignot, constate une aggravation du phénomène au cours de la dernière décennie, précisant que, jusqu’en 2000, la proportion ne dépassait pas 1 à 2%. Inquiétant non ? Quand on sait que la prescription médicamenteuse va bon train et en toute impunité ou presque. Grâce à l’indépendance de la revue « Prescrire » ou le courage d’Irène Frachon, le médecin de Brest ayant dénoncé les méfaits du Mediator, un petit grain de sable vient parfois gripper la machine.

Le médiator

1 commentaire

Posté le 29 décembre 2010 à 11:16

Un de plus à ajouter à la liste des médicaments qui tuent ! Commercialisé pendant 33 ans, le Mediator a sans doute généré de très gros profits engrangés année après année par Monsieur Servier qui savait parfaitement que son Mediator était une amphétamine. Ce coupe-faim prescrit par des médecins à près de 5 millions de personnes a déjà coûté 423 millions d’euros en dix ans à la Sécurité sociale et aux complémentaires santé. Alors qui est responsable de ce fiasco sanitaire et qui doit payer ? Et bien, pour ma part, la réponse est simple celui qui l’a fabriqué et celui qui a donné l’autorisation de mise sur le marché, autrement dit l’AFSSAPS !

Ces médicaments qui tuent !

Posté le 22 juillet 2010 à 16:39

On ne compte plus les médicaments retirés du marché parce qu’inefficaces et dangereux. Hier, la Commission européenne a enfin demandé le retrait dans l’Union européenne de tous les médicaments contenant du dextropropoxyphène, confirmant ainsi l’avis défavorable de l’Agence européenne des médicaments. Depuis 1982, de graves intoxications dues au dextropropoxyphène étaient déjà signalées. En 2003, le dextropropoxyphène était retiré du marché suisse puis en 2005 du marché britannique et suédois. En France alors que deux études ont été menées en 2005 et 2006 leurs résultats n’ont pourtant pas été jugés concluants par l’Afssaps qui a considéré que des mesures de restriction ou de remise en cause de ce médicament ne se justifiaient pas. 7 morts plus tard en France et au moins 2000 aux USA la Commission européenne se décide enfin à agir ! Et quand je pense aux obligations auxquelles nous sommes tenus lorsque nous parlons magnétothérapie, je me dis qu’il y a vraiment 2 poids 2 mesures ! car jusqu’à preuve du contraire, si pour certains les aimants ne font pas toujours tout le bien escompté, ils ne font jamais de mal !

Le conditionnement des médicaments

Posté le 3 juin 2010 à 17:18

Les nécessités des économies de santé reviennent avec la régularité d’un métronome, chaque année le trou de la SS est plus abyssal, pourtant la chasse au gaspi ne me semble pas  si difficile. Ainsi l’autre jour pour un simple examen ophtalmologique, il a été prescrit à mon mari 1 goutte dans chaque oeil toutes les 10 minutes pendant 1/2 heure soit 6 gouttes au total sur un flacon qui en contenait des centaines voire des milliers. Et de me demander combien de pupilles pouvaient être dilatées avec un seul flacon ? Car bien entendu, chaque fois que ce banal examen est prescrit, le collyre en question est lui intégralement remboursé. Et ce n’est qu’un exemple parmi combien d’autres ?! Ce gaspillage pose la question du conditionnement des médicaments et la réponse officielle à savoir que le conditionnement est fixé en accord avec les autorités de santé dans le cadre de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) et qu’il est une garantie sanitaire, ne peut me satisfaire.

L’alarmante pollution de nos rivières

1 commentaire

Posté le 3 juin 2010 à 15:43

A l’automne 2008, l’Académie nationale de pharmacie française rendait un rapport pour le moins inquiétant sur l’état de nos rivières : « La présence de traces de substances médicamenteuses ou de leurs dérivés a été largement établie à l’échelle mondiale, en particulier dans les eaux superficielles et souterraines, dans les eaux résiduaires, dans les boues des stations d’épuration utilisées en épandage agricole et dans les sols ».  Les  grandes sources de pollution sont au nombre de 3 :

1) Les élevages industriels d’animaux et des piscicultures, gros consommateurs d’antibiotiques et d’hormones de croissance

2) Les rejets des industrie chimiques et pharmaceutiques

3)  Les hôpitaux qui utilisent en grande quantité non seulement des médicaments, mais aussi des molécules de diagnostic et des réactifs de laboratoire et sont donc les principaux responsables de la dissémination de produits anticancéreux et radiopharmaceutiques, qui se retrouvent, avec les excréments des malades, dans leurs effluents.

Une étude, conduite par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), a montré que des molécules anticancéreuses très actives, présentant « un danger potentiel pour la santé humaine et l’environnement », sont présentes « à des quantités non négligeables » dans les effluents hospitaliers, mais aussi en aval de la station d’épuration qui recueille ceux-ci.

Cet état alarmant de nos rivière (dé)montre une nouvelle fois que santé publique et environnement sont intimement liés. Alors consommons et soignons-nous intelligemment car y a quand même une grande incohérence entre ingurgiter de la chimie au moindre bobo et militer pour le respect de l’environnement ! Et quoi de plus naturel et écolo que les aimants ? Utiliser la magnétothérapie est un acte respectueux de l’Environnement.

Étonnante AFSSAPS

1 commentaire

Posté le 3 juin 2010 à 15:35

La très sérieuse Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, plus connue sous le nom d’Afssaps est chargée d’évaluer les bénéfices et les risques liés à l’utilisation des produits de santé, ce qui vous en conviendrait devrait nous rassurer. Or cette même agence qui interdit aux médecines complémentaires d’utiliser une terminologie médicale telles que arthrose, arthrite, tendinite, entorse, lombalgie, cervicalgie, sous prétexte qu’elles n’apporteraient pas la preuve scientifique de leur efficacité dans ces pathologies n’a vu aucun inconvénient à mettre sur le marché  le VIOXX , anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) prescrits pour soulager les patients atteints de maladies rhumatismales et retiré du marché le 30 septembre 2004 car soupçonné d’être à l’origine de 27785 décès ! Chaque année, des dizaines de médicaments sont ainsi retirés du marché pour leur dangerosité alors qu’ils ont passé toutes les étapes des évaluations sanitaires.